Vincent Bruel au Lido   Logo du Lido En 1992, Vincent s’inscrit aux ateliers de jonglerie de l’école municipale de cirque de Toulouse. Fondé en 1988 par Henri Guichard (puis dirigé ensuite par Francis Rougemont), le Lido est un véritable laboratoire et une « Cocotte-Minute » de la création. Il symbolise la formidable énergie du cirque d'aujourd'hui.
Vincent y rencontre Christian Coumin, Lionel About, Pierre Biondi, Geo Martinez et Florence Meurisse. Ils partageront une grande aventure (duo VLV, Compagnie Triplex, Compagnie Vis-à-Vis).
Tout au long de sa carrière, Vincent restera fidèle à cette école. Il y enseignera le jonglage en essayant, malgré les  réticences, de faire admettre que le siteswap est un puissant outil d'exploration et qu’il ne limite pas la créativité des jongleurs, ni le côté artistique de la jonglerie. Il permet au contraire des échanges plus faciles entre les jongleurs et contribue à enrichir le répertoire des figures de jonglerie.
Il testera régulièrement ses nouveaux numéros pendant les Essais de cirque du Lido qui sont les rendez-vous incontournables dans lesquels les élèves et artistes circassiens viennent présenter le résultat de leur recherche artistique sur scène devant un public réel.
Comme Vincent, de célèbres artistes et Compagnies sont issues du Lido : Iéto, 111, le Boustrophédon, les Acrostiches, Gérald Cibola, Morgan, Angelina, Yann Colin, Karl Ludovic, Les Pas en rond, Le Tennis, les Sœurs Pillières, les Skouts, Genre de cirque, Les Quatre Quarts, la Compagnie du Vide …
 

Fiche école le Cirque dans l'univers, 4émé trimestre 2005EXTRAITS DE PUBLICATION

Cyrille Planson, Rédacteur en chef et directeur adjoint de La Scène
La Scène, Le magazine des professionnels du spectacle, Mars 2004 / Du jonglage à l'art de la jongle
S’il est dans le jonglage comme ailleurs différentes écoles ou fratries, Vincent Bruel appartient à celle du Lido de Christian Coumin. Il fut avec ce dernier et Lionel About, au sein de la compagnie Vis-à-Vis, l’un des concepteurs et interprètes de Visa pour l’amour, duo étrange à l’humour décalé et hommage contemporain à Buster Keaton. On retrouvera Vincent Bruel dans la nouvelle création de Denis Paumier, Contrepoint. Vincent Bruel a été récemment récompensé d’un prix au Cirque de demain.

Christian Coumin, Directeur artistique du lido et metteur en scène
Essais de cirque, de Henri Guichard et Michel Mathe, Editions Privat, 2008, p.146 / La Direction artistique, s’il vous plaît !
Le Lido donne l’impression de créer tous azimuts. Les partis pris et les esthétiques, par exemple, de Vis-à-Vis, des Acrostiches, de Sacékripa, des petits Travers, de la compagnie 111, du Boustrophédon ou de Prêt-à-porter donnent à découvrir des univers singuliers et hétéroclites. Les compagnies qui naissent au Lido ont sans doute ceci en commun qu’elles placent l’humain, l’auteur, le comédien interprète au centre du travail créatif. Si « patte » du Lido il y a, j’aimerais qu’elle soit dans cette implication, cet effort d’authenticité et d’appropriation, dans l’énergie déployée pour défendre son propos, sa présence ou sa discipline plus que dans un style ou une atmosphère communs. Personnalité plus que personnage, performance signée plus qu’exploit technique. Des jeunes amateurs aux compagnies professionnelles, l’esprit « Lido » s’efforce de cultiver la faculté à s’investir de la tête au cœur dans une recherche originale et des aventures généreuses. Crida Compagny et la compagnie Singulière, lauréat 2006 de l’opération « Jeunes Talents Cirque » perpétuent à leur tour cette tradition de différences et de sincérité.

Dominique Mauclair, Président-Fondateur du Festival Mondial du Cirque de Demain
Essais de cirque, de Henri Guichard et Michel Mathe, Editions Privat, 2008, p.97
Dès sa création, le Lido a privilégié les arts de la rue, c’est-à-dire le contact immédiat avec le public. J’ai remarqué que les spectateurs du Festival mondial du cirque de demain et les membres du jury de cette compétition étaient avant tout séduits par la spontanéité des artistes formés par l’école de Toulouse. Par la simplicité de leurs talents de colporteurs, que ce soit les Acrostiches, Triplex, Les Sœurs Pillières, Angélina, Cibola ou Vincent Bruel, ils savaient tous aller à l’essentiel. Que le Lido de Toulouse garde longtemps cette fraîcheur et cette spontanéité, c’est tout le mal que je lui souhaite.

Dominique Mercier, Directeur du Théâtre de la Digue à Toulouse
Essais de cirque, de Henri Guichard et Michel Mathe, Editions Privat, 2008, p.136 / Un point sur la carte
Je ne sais pas pourquoi l’école de cirque toulousaine porte ce nom, lié pour moi à un point essentiel dans ma cartographie de l’imaginaire : une bande de terre entre mer et lagune, un lieu propice au rêve, à la réflexion, à l’éclosion artistique.. mais peut être est-ce tout simplement parce que le rêve, la réflexion, l’éclosion artistique, sont les ingrédients premiers d’une école d’art. Les artistes du Lido nous ont souvent fait rêver, eux qui sont régulièrement venus au Théâtre de la Digue pour faire éclore leurs rêves artistiques : les compagnies Triplex, Vis-à-Vis, les Acrostiches, Les petits travers, 111, Les Renversés et la toute jeune compagnie émergente IetO. (…) Bonne route à ces Marco Polo de la jongle et de l’acrobatie. Qu’ils rendent le sable de la piste aussi doux à mon cœur que celui de la plage du Lido !

Martine Maleval, Docteure en Esthétique, sciences et technologie des arts
L'émergence du nouveau cirque, 1968-1998, L'Harmattan, 2010, p. 124
Le Lido revendique un taux de professionnalisation rapide de 95%. Ainsi, le CNAC n’est pas la seule école à mettre de jeunes artistes sur le marché du travail, puisque si, depuis 1991 (soit en sept ans) douze élèves poursuivent leur formation et trente-deux s’engagent dans la transmission, soixante-quatre élèves sont devenus artistes. Ils ont créé leur propre compagnie ou ont intégré des compagnies existantes. Citons entre autres, Lionel About et Vincent Bruel, jongleurs de Vis-à-Vis et Babeth Gros, un des membres du duo de portés acrobatiques Vent d’Autan. Rappelons enfin que l’école du Lido amène ses élèves à participer aux rencontres professionnelles qui décernent des prix et que certains d’entre eux réussissent non seulement les présélections mais s’y distinguent honorablement. C’est pour faciliter cette inscription dans le circuit professionnel que le Lido a créé le studio de Création.

La Dépêche du Midi – le 16 mars 2004
L'or du Lido
Après avoir remporté quatre prix à Paris, le Lido vient de décrocher une médaille d'or en Belgique au 17e Festival international « La piste aux espoirs » qui s'est déroulé du 5 au 10 mars à Tournai. Ce festival est un des rendez-vous majeurs du cirque. Il permet de révéler à la scène mondiale de jeunes artistes venus des cinq continents. La troupe des Simili Circus du centre des arts du cirque de Toulouse est ainsi revenue avec la médaille d'or grâce à leur étonnant numéro « Game over ». La fraîcheur et les prouesses de cette classe d'ados qui représentait la France a conquis le public par une prestation qui « tutoie l'excellence ». Cette médaille s'ajoute aux quatre prix que Vincent Bruel vient de remporter en février à Paris au Festival mondial du cirque de demain, sorte de JO du cirque, avec un numéro de jonglage burlesque intitulé « Tac Tac », qui fait désormais le tour du monde. Ainsi s'allonge depuis quelques années la liste des récompenses glanées par le Lido puisque Les Acrostiches, VLV, Les Soeurs Pillères, Gérald Cibola, Olivier Alenda, Silvestre Lambey, Yann Collin, Thomas Le Doze et Sylvain Cousin, Le Petit Travers… notamment ont été primés lors de différents festivals internationaux.

Essais de cirque du Lido - novembre 2004 - 1ère partie © Yvan Cattelan, collection le Lido

 

Essais de cirque du Lido - novembre 2004 - 2ème partie © Yvan Cattelan, collection le Lido

 

Essais de cirque du Lido - novembre 2004 - 3ème partie © Yvan Cattelan, collection le Lido

 

Essais de cirque du Lido - novembre 2004 - 4ème partie © Yvan Cattelan, collection le Lido